Un magnat de marbre

Le Monde du 12 décembre 2007, page 7, nous offre un petit concentré de jargon journalistique. L’affaire est titrée : « Magnat de la presse, Conrad Black est condamné à six ans et demi de prison » et l’article est signé Sylvain Cypel.
D’emblée, on apprend que le « baron noir » a été « déchu de sa nationalité d’origine (canadienne) », mais on ne saura pas pourquoi une telle déchéance, a priori étonnante. Le condamné, décrit comme « hiératique » (??) à « l’énoncé du verdict », déclare : « Il ne s’agit pas d’une chute, je reviendrai ». Une « chute », terme étrange, que le journaliste n’élucide pourtant pas.
Quelques détails sur le personnage : « Conrad Black nourrissait une défiance sans bornes envers toute régulation de l’économie ». Pourquoi cet imparfait ? Il aurait donc changé d’avis ? Il était « irascible envers ses contradicteurs » : on est ou on n’est pas irascible, mais quand on l’est, ce n’est pas envers tel ou tel, c’est un état général. Il se montrait « d’un mépris déclaré pour la gent journalistique qu’il employait » : la « gent » est un terme globalisant  qui peut s’appliquer à l’ensemble d’un groupe, par exemple d’une profession, mais certainement pas aux seuls membres d’une entreprise. « Il avait commencé sa carrière en 1969, à 25 ans, avec un compère » mais on ne sait comment, ni de quelle manière ils ont ensuite réussi à contrôler « leur empire à travers un fonds d’investissement ».
Le dit compère a d’ailleurs bénéficié « d’une réduction notoire des charges à son encontre » : « notable » aurait été nettement plus exact, car on n’en avait pas tellement entendu parler. En lisant « Limogé de la présidence d’Hollinger en 2003 » on s’attend à voir parler de M. Black, ainsi licencié, mais c’est « une enquête interne » qui arrive sous la plume du journaliste comme sujet du verbe « avait conclu… ».
Allez, soyons indulgent : quand Sylvain Cypel commente, à propos du Jerusalem Post, la réaction du magnat au « départ […] d’une grande partie de sa rédaction » en disant qu’elle « l’avait laissé de marbre », on va décider qu’il s’agit de la part du journaliste d’un jeu de mot professionnel, volontaire et hilarant…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :