Encore une communauté

jeudi 21 février 2008

Stéphanie Le Bars, colonne de gauche de la page 10 du numéro du 21 février, nous parle du « nouveau chef de l’Église allemande ». Elle nous dit : « Choisi au détriment d’un adversaire plus conservateur » (le « détriment » est assez curieux, l' »adversaire » plutôt piquant) le « nouvel élu se démarque aussi de certains de ses confrères critiques envers la communauté homosexuelle ».
Que les confrères en question aient des positions « critiques » concernant l’homosexualité, les homosexuels en tant que tels, ou d’autres pratiques sociales (le « nouveau modèle de la famille » dont parle l’article, par exemple), on l’imagine. On imagine mal en revanche en quoi ils pourraient être critiques, et pourquoi, envers une « communauté homosexuelle » qui, en tant que telle, n’existe en fait tout simplement pas, en Allemagne ou ailleurs.
Cette langue de bois politiquement correcte (quand plus de deux individus ont un point commun, on en fait une « communauté ») cache mal, à mon sens, ce que l’article n’ose pas dire, l’homophobie évidente d’une partie de la hiérarchie catholique.

Publicités

Précisions

mercredi 6 février 2008

Dans une interview au Monde des 6-7 janvier, Jean-François Kahn recommandait à la presse de faire simple pour gagner de nouveaux lecteurs. Le quotidien du soir n’a pas tardé à suivre ce sage conseil.
Je n’en veux pour preuve que l’article d’Henri Tincq de ce soir (daté 7 février), page 5, titré : « Le pape atténue les termes de la prière de « conversion des juifs ». » Craignant sans doute que ses lecteurs ne comprennent rien à ce qu’il écrit, le journaliste multiplie les explications :
Il ne parle pas de « Carême » sans préciser immédiatement, entre parenthèses, qu’il s’agit d’une « période de quarante jours de prières et de pénitence avant Pâques » en ajoutant qu’il est ouvert ce jour, mercredi, qui est « dit » (sic) « mercredi des Cendres » (guillemets et italiques sont du journal…) On apprend ensuite qu’au Vatican, un motu proprio est un décret (c’est en fait plus précis que ça, puisqu’il doit être émis par le pape personnellement), que le rite « tridentin » fait référence au « concile de Trente au XVIe siècle », et que le Vendredi Saint est le « jour de la crucifixion du Christ ». Quant à la partie la plus « conservatrice » de l’Église, HT se sent obligé de préciser que c’est la « traditionaliste ».
À ce compte, on se demande pourquoi il ne précise pas ce qu’est la « secrétairerie d’Etat » du Vatican, ni ce qu’est un concile, ni ce que représente exactement ce « rite tridentin ».
J’ajoute que la phrase : « Les passages demandant à Dieu de soustraire le peuple juif de ses ténèbres et de l’aveuglement… «  va sans doute étonner les partisans d’une langue simple et claire, l’expression « soustraire… de… » étant plutôt inusitée, et le rôle de « de » avant « l’aveuglement » me restant plutôt opaque.


Étrangers…

lundi 4 février 2008

En « Une » du Monde du 5 février, une photo titrée : « L’évacuation des étrangers continue à N’Djamena ». Mais l’en-tête de la légende, en gras, nous dit que cette photo « montre des familles françaises et étrangères attendant d’être évacuées… »
Étrangères, étrangères… Par rapport à qui ? Au Tchad ? Mais alors les familles françaises n’y sont pas « étrangères » ? Et qu’en est-il des véritables « non-étrangers », les Tchadiens ? Rien sur la photo, rien en « Une », seulement une partie de titre et quelques lignes au début de l’article de la page 6 qui décrit l’évolution des combats…