Courrier des lecteurs

vendredi 10 octobre 2008

J’avoue ne pas très bien comprendre comment sont choisies les lettres qui figurent dans le « Courrier des lecteurs » du Monde. Un exemple dans le numéro du 10 octobre, p. 19 :
Un lecteur relève dans la page consacrée à Balzac dans le numéro du vendredi précédent, une faute sur le nom du banquier Nucingen, orthographié, fautivement, « Nucinguen ». Coquille, ignorance, je ne sais, mais des erreurs de ce genre, il y en a des centaines par an dans le journal. Pourquoi est-ce précisément cette lettre-là qui a été choisie, sur un point aussi secondaire ? On se le demande.
On se le demande d’autant plus que le lecteur-correcteur continue en déplorant les progrès de ce qu’il appelle, d’un néologisme pas très adroit, « l’inéducation » qui, selon lui, gagne les milieux supposés, dit-il, « acculturés ». J’ai sursauté en lisant ce dernier terme par lequel, j’imagine, il voulait désigner les milieux « cultivés », mais qui signifie en fait toute autre chose, un individu ou un groupe dont la culture est fortement influencée, sinon même détruite, par une culture étrangère. Rien à voir, donc…
Alors, le choix de cette lettre par la rédaction représente-t-il un sincère mea culpa ignorant une autre faute non repérée, ou bien un moyen perfide de désigner un arroseur arrosé ? La question reste ouverte…

Publicités