Tenté par des impatiences…

samedi 21 février 2009

Le Monde a parfois des titres bizarres.
Mardi 17 février, par exemple, en « Une », ce sous-titre : « Certaines entreprises se laissent tenter par des baisses de salaire ». « Se laissent tenter » est assez bizarre, non ?  » Retenez-moi, ou je vais me laisser tenter de baisser votre salaire  » « ! Je vais bientôt me laisser tenter par des licenciements… »
Jeudi 19, en page 9, on apprend ceci, en sous-titre d’un article d’Arnaud Leparmentier : « En aidant les classes moyennes, M. Sarkozy cherche à calmer les impatiences sans changer de cap ». Qu’a-t-on besoin de « calmer » chez les classes moyennes ? Les inquiétudes ? Les soucis ? La colère (des Guadeloupéens, par exemple ?). Non, non, ce que Sarkozy cherche à calmer, selon Le Monde, ce sont des « impatiences ».
Drôles de formules…

Publicités

Les faits, et le commentaire

jeudi 12 février 2009

En Une du numéro daté jeudi 12 février, le début d’un article de Béatrice Gurrey relatant le « retour aux Antilles » d’Yves Jégo, le secrétaire d’État à l’outre-mer. Article purement factuel décrivant le contexte de ce retour et du discours de M. Jégo sur le tarmac de l’aéroport de Pointe-à-Pitre. Purement factuel ? Séparant soigneusement faits et commentaires ? Pas tout à fait : l’avant-dernier mot sur cette page dérape quelque peu :
 » « L’État ne saurait se substituer aux partenaires sociaux » a-t-il sagement observé. » Ce « sagement » est vraiment de trop !


Que de trillions…

mardi 10 février 2009

Le Monde de l’économie du 10 février présente en page 2 un long article de Martin Wolf intitulé « Sauver d’abord la demande », où l’on apprend que le FMI a relevé son estimation d’un certain indicateur « de 1,4 trillions de dollars (…) à 2,2 trillions de dollars ».
« Trillions » ? Mais c’est énorme ! Un trillion, c’est mille billions, c’est donc un million de milliards…
Heureusement, dans ce texte signé d’un économiste britannique, citant un rapport du FMI, une parenthèse nous apprend que le premier chiffre correspond à « 1 100 milliards d’euros ». Les trillions en question ne sont donc pas français, mais anglo-saxons, les anglo-étatsuniens n’ayant pas de terme pour « milliards », et passant directement à « billions » (milliards), puis à « trillions » (billions).
La chose a dû échapper au traducteur, Gilles Berton, mais il est vrai que si on avait gardé le même mode d’écriture, l’erreur aurait disparu, 1 100 milliards d’euros correspondant, sans difficulté terminologique, à 1 400 milliards de dollars.
Le Monde est toujours fâché avec les chiffres…


Une image frustrante

mardi 3 février 2009

« Blutch, grand prix de la BD d’Angoulême », nous annonce le titre de l’article d’Yves-Marie Labbé, en page 20 du Monde du 3 février, avec une belle image.
Je ne m’intéresse plus vraiment à la bande dessinée, je connais vaguement quelques noms et peux identifier quelques dessinateurs, mais j’avoue depuis quelques années une ignorance assez générale en la matière. Je me réjouissais donc d’en savoir un peu plus sur ce Blutch, en particulier en faisant connaissance avec son graphisme.
Patatras ! La belle image dont je parlais plus haut, c’est… une photo du scénariste-dessinateur recevant son prix (quel scoop !), mais on n’aura pas l’occasion (en tout cas pas dans le Monde) de voir ne serait-ce qu’un de ses dessins… Problèmes de droits ? Allons donc ! Des photos des modèles présentés pendant les défilés de mode ont occupé des pages entières du quotidien, la semaine dernière.