Nécrologies

lundi 30 novembre 2009

Dans Le Monde daté 29-30 novembre, des nécrologies sur une pleine page. Quatre disparus sont ainsi honorés : un chorégraphe réputé, George Zoritch, sur une demi-colonne ; l’épouse et collaboratrice de Christo, Jeanne-Claude, un quart de colonne ; H.C. Robbins Landon, musicologue de renommée mondiale, spécialiste de Haydn, l’équivalent de deux demi-colonnes avec une petite photo ; enfin, Charles Barrier, « chef cuisinier, restaurateur » près de Tours, plus d’une demi-page avec une grande photo : une bonne moitié du texte est consacrée à la façon dont le chef fabriquait son propre pain et l’accordait à ses plats… Je suis fort respectueux de l’art culinaire (bien que mes moyens ne me permettent pas de profiter de ses chefs-d’œuvre comme je peux le faire pour la peinture, la musique ou la littérature), mais je trouve quand même cette répartition assez outrée. D’ailleurs, je l’avais déjà remarqué ici le journal consacre de plus en plus de place à honorer les grands et surtout les petits défunts : les nécrologies doivent être des exercices peux coûteux et, comme on le voit, fort visibles.
Mise à jour :
La preuve : le lendemain 2 décembre, nouvelle pleine page, l’essentiel étant consacré à un peu connu Compagnon de la Libération algérois, ce qui donne au nécrologue, Thomas Wieder, l’occasion de développer fort longuement l’épisode du débarquement des troupes US à Alger en novembre 1942, avec une savoureuse « perle » : « Baptisée « Torch », l’opération n’en reste pas moins très risquée ». Une petite et ancienne photo du défunt voisine, sans doute encore pour occuper l’espace, avec un grand cliché représentant des GIs dans les rues d’Alger…
Le 3 décembre, on continue avec une autre pleine page, où l’on trouve l’épouse d’Henri Dutilleux, la pianiste Geneviève Joy, un alpiniste italien et surtout, toujours avec une énorme photo, la poétesse italienne Alda Merini, dont les funérailles nationales ont été célébrées à Milan le… 4 novembre.


« Les députés »

mercredi 18 novembre 2009

Titre en Une du Monde daté du 18 novembre : « Les députés vont durcir la loi sur la rétention de sûreté ». L’article commence : « Les députés s’apprêtent à durcir encore… » Titre correspondant de la page 12 : « Loi sur la récidive : les députés veulent étendre la surveillance de sûreté » On trouve encore ailleurs dans le corps de l’article cette référence collective. Dans l’ensemble du texte, deux occurrences seulement du terme « Assemblée Nationale ».
Car, qu’on le sache, ce projet ne va pas être adopté par tous les députés, mais par l’Assemblée en tant que telle, via sa majorité, et certainement pas par les élus de l’opposition. D’ailleurs Le Monde ne dit pas un mot de la position de ceux-ci. Il faut aller ailleurs pour apprendre que PS tout autant que PC et les Verts sont opposés à ce projet.
Il aurait été plus juste de parler des « députés de la majorité ».


Nez pincé…

mercredi 11 novembre 2009

Une page entière, la page 21 de ce numéro daté du 11 novembre, est consacrée à l’écrivain Bernard Werber.
Béatrice Gurrey l’a interviewé dans son appartement « neuf et nu », et nous parle de sa méthode de travail, de ses diverses activités et surtout de ses surabondants tirages.
Jusque là tout va bien, sinon qu’on ne saura rien de ce qu’il écrit, à part quelques éléments de son dernier livre. Seule allusion, ô combien méprisante :  » Évidemment, ceux qui apprécient Huysmans, Claudel ou Gracq peuvent passer leur chemin « . D’ailleurs, pourquoi ceux-là particulièrement ? On ne sait. Or, il y a quelque chose qui traverse presque toute l’oeuvre de BW, d’une manière toute personnelle mais indéniable, c’est la science-fiction.
Mais, silence : le mot interdit ne sera pas prononcé. Suite à des commentaires, j’ajoute que cette interview était plutôt un compte-rendu de rencontre avec quelques citations et que, s’il n’y est pas parlé de SF, c’est que la journaliste n’est jamais venue sur ce terrain. Ce n’est donc pas l’auteur qui est en cause.
On peut lire l’article ici.


Anonymes au Capitole

mardi 10 novembre 2009

Décidément, quoiqu’il dise, le Monde n’est pas à l’aise avec les images.
En page 6 du numéro daté d’aujourd’hui, accompagnant un article de Sylvain Cypel titré : « Première victoire pour Barack Obama avec l’adoption du plan santé à la Chambre  » une photo représentant le président US au milieu d’un groupe de 6 personnes, des  » membres de la Chambre des représentants  » dit la légende.
Merci du renseignement : quand on y regarde d’un peu plus près on s’aperçoit que ces « membres » anonymes sont, entre autres, rien moins que la « speaker » de la Chambre, Nancy Pelosi, à la droite du Président, et que le chef de la majorité démocrate à la Chambre, Steny Hoyer, à sa gauche.
On aurait aimé le savoir…
Bizarrement, au premier plan à droite, devant un épais pilier, un grand type qui ressemble à un agent de sécurité semble se cacher du groupe principal. Sur la photo du site lemonde.fr (pas mieux renseignée) il est accompagné d’un second agent qui a disparu de la version papier laquelle, pour une fois, est en noir et blanc… On aurait préféré un cadrage plus serré sur ces discrets  « membres de la Chambre »…