Apparentements terribles…

Décidément, Le Monde maîtrise mal les rapports entre ses textes et les photos qui les accompagnent. Le phénomène relève parfois de que le Canard enchaîné appelait jadis les apparentements terribles.
On en a un bon exemple en page 21 du numéro du 7 janvier : un titre sur toute la largeur : « Le mal, au cœur des expositions de la rentrée », et un sous-titre : « Crime, souffrance et châtiment domineront le parcours artistique parisien. Malgré Turner et la Sainte Russie ». J’ajoute la première phrase du texte : « Pour exciter la curiosité, rien de tel que le mal. » Suit effectivement une liste d’expositions qui, pour la plupart, n’évoque pas la joie de vivre.
Et pourtant, qu’a choisi le journal pour illustrer cette noirceur annoncée ? Une grande photo, qui trône au milieu de la page, et qui présente la figure hilare de Louis Armstrong, encadrée d’une clarinette et d’un trombone que l’on soupçonne fort joyeux…
Raté !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :