Lolita oubliée


Pour une fois, je vais réagir non à une bévue du Monde, mais à celle d’un de ses hôtes, que le quotidien a cependant laissé passer sans sourciller.
Dans le Monde des livres d’aujourd’hui 9 septembre, longue interview en page 12 de l’écrivain italien Alessandro Piperno, qui se plaint du politiquement correct qu’il discerne chez les jeunes écrivains d’outre-atlantique. Il ajoute : « Si Nabokov écrivait Lolita aujourd’hui, il ne trouverait pas d’éditeur ».
Tiens, comme c’est drôle, mais c’est en fait exactement ce qui est arrivé ! Rappelons en effet à M. Piperno ainsi qu’à sa silencieuse intervieweuse, Florence Noiville, que le roman en question, terminé en 1953, a effectivement été refusé par tous les éditeurs aux États-Unis. Il a fini par être édité à Paris en 1955, par Olympia Press, maison plutôt sulfureuse, et n’a finalement été publié aux USA que trois ans plus tard !
Ce nouveau Monde des livres qui consacre maintenant ses deux premières pages à un même ouvrage, celui de David Grossman il y a quinze jours, d’Emmanuel Carrère la semaine dernière (avec en prime la couverture de Télérama, de la même maison), d’Hélène Lenoir cette semaine, signale bien moins de livres nouveaux que ne le faisait le précédent. Il semble se prendre pour une revue littéraire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s