Première dame, toujours…


En dernière page du numéro daté 20-21 mai, le billet « Juste un mot » de Didier Pourquery, qui reprend la problématique de la « première dame » en cherchant dans l’histoire et à l’étranger d’autres appellations pour la titulaire de ce qu’il désigne comme n’étant «ni une fonction, ni un emploi, tout juste un rôle, à peine une situation». Il finit par proposer de l’appeler tout bêtement Mme Trierweiler, ce qui me paraît marqué au coin du bon sens.
Mais le site du journal s’étend longuement sur « Les premiers pas de Valérie Trierweiler à la Maison Blanche » au milieu des « premières dames ».
 Ni le site, ni le chroniqueur ne se posent cependant ce qui me semblerait devoir être la question essentielle : que faisait-elle là ? Que font là, de la même manière, la femme des premiers ministres canadien, italien ou japonais ? À ma connaissance, personne ne s’étonne, dans de telles circonstances, de l’absence de l’époux de Mme Merkel qui, lui, n’est jamais invité parmi ces… premières dames. Il a sans doute mieux à faire, lui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :