Précocité bafouée

En page 10 du Monde des Livres daté du vendredi 1er juin, cette phrase étonnante, sous la plume de Florence Noiville, à propos de l’écrivain américaine Paula Fox : « Elle a beau écrire depuis l’âge de 7 ans, tout ce qu’elle produit jusqu’en 1967 est refusé par les éditeurs » !
S’il suffisait d’écrire tôt pour être publié, les éditeurs en question seraient plutôt débordés… Qui plus est, cette incongruité est mise en exergue, et en gras, au beau milieu de la page.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :