Alep, Syrie

vendredi 10 août 2012

Un titre en Une, et la page 3 entière, sous la signature de Christophe Ayad, pour décrire la « bataille d’Alep » qui a lieu en ce moment.
En prime une carte très détaillée présentant la localisation des différents quartiers, des événements majeurs de ces dernières semaines, des endroits stratégiques, et les caractéristiques des populations. Très intéressant.
Un seul détail manque pour donner une idée de l’échelle démographique, et donc de la gravité de la situation, aux ignorants que nous sommes presque tous, moi le premier : Alep, combien d’habitants ? Eh bien, ce n’est pas Le Monde qui vous l’apprendra. Il se contentera de vous dire qu’il s’agit de la « deuxième ville du pays » (et « la plus peuplée », ce qui paraît un peu contradictoire). Quand vous aurez trouvé l’information à d’autres sources, vous serez surpris, et comprendrez à quel point cette « bataille » est d’envergure. Selon Wikipédia, Alep compte 1 693 308 habitants (en 2009). Wikipedia en anglais donne 2 132 100 (au recensement de 2004). D’autres sites donnent 1 602 264 habitants.
Bref, ce n’est pas une bourgade, on s’en doutait un peu, mais on aurait aimé le savoir avec un peu plus de précision…

Publicités

Plantu, les femmes et l’olympisme

mercredi 8 août 2012


Je reviens sur le numéro d’hier, où le dessin de Plantu en Une m’avait échappé. Rappel du texte :
« La saoudienne arrive voilée sur le tatami, tout le monde en parle ; le Jamaïcain fait le signe de croix… », sous-entendu : « personne ne dit rien ». Le tout pendant que, dans un coin, un Dieu barbu ferme les yeux.
Devant cet invraisemblable parallèle, quelques questions au dessinateur politiquement correct :
1. Usain Bolt est-il obligé par sa fédération de faire ce signe ?
2. La mère d’Usain Bolt a-t-elle menacé les organisateurs de le retirer de la compétition s’il n’avait pas le droit de le faire ?
3. Usain Bolt doit-il être toujours accompagné par sa mère ou par une de ses soeurs ?
4. La fédération jamaïcaine a-t-elle demandé (demande refusée) qu’Usain Bolt ne soit pas soumis à la mixité dans l’environnement olympique ?
Or toutes choses égales par ailleurs, c’est ce qui s’est passé pour la jeune Saoudienne. Alors il ne faut pas s’étonner que l’on parle d’elle à ce sujet, et pas du Jamaïcain.
Cet aveuglement face au camouflage de l’oppression sexuelle derrière des arguments prétendant au respect envers les religions ou les civilisations m’exaspère et surtout m’inquiète…


Un bon croquis…

mardi 7 août 2012


Record de confusion aujourd’hui pour les infographies du Monde.
En page 7, un long article d’Hélène Bekmézian et Jonathan Parienté titré : « Le cumul des mandats perdure au parti socialiste ». Il est doté de deux graphiques.
Le premier, assez simple, veut illustrer le cumul des mandats chez les 297 députés socialistes. Mais au lieu de donner pour chacun le nombre de mandats, il donne le nombre des cumuls (présentés comme « Mandats en plus de celui de député »), ce qui est assez absurde. En fait, les 12 députés qui présentent 3 cumuls exercent en fait 4 mandats, et les 49 double cumulards sont en fait triples.
Le second est rigoureusement incompréhensible. Je crois avoir saisi qu’il tente de répartir les différents mandats locaux exercés par ailleurs pas les députés cumulards. Par exemple, muni d’une grosse loupe et de beaucoup de patience, on peut percevoir qu’aucun conseiller régional n’est triplement (en fait quadruplement) cumulard, sans qu’on sache exactement (sauf à estimer l’épaisseur d’un trait) combien le sont doublement ou simplement), et qu’en fait toutes les autres fonctions locales peuvent être exercées par des bi-, tri- et quadri-cumulards. L’intérêt majeur de ces informations n’échappera à personne, et la clarté de l’infographie (signée Le Monde) non plus, sauf à apprécier l’espèce d’irisation pastel qui égaie ainsi la page.