Nouvelle étape… moins chère ?

mardi 20 novembre 2012


Dans le numéro de dimanche-lundi 18-19, en page 15, une pleine page titrée « “Le Monde” nouvelle étape », présente une nième « nouvelle formule » du journal » : « Dès lundi 19 novembre “Le Monde” propose à ses lecteurs de nouveaux rendez-vous dans un journal entièrement imprimé en couleurs ».
Suivent diverses annonces sur les nouvelles caractéristiques du journal, qui semblent arriver en leur temps, malgré un « dès » fort à la mode, mais erroné.
Mais ce que ne texte ne donne pas, hélas, c’est la confirmation de ce qui apparaît dans les deux « Unes » présentées en exemple, avec respectivement des photos d’Obama et de Hollande, à savoir, imprimé avec netteté en haut de ces deux couverture, le prix : 1,40 euros. Divine surprise ! Hélas, non, ce devait être un lapsus : aujourd’hui, j’ai payé 1,60 euros, comme d’hab…
Ça commence mal !

Publicités

Riches

samedi 10 novembre 2012


Dans le numéro du vendredi 9, en page 13, un long article de Denis Cosnard relate les péripéties du drame familial qui a conduit les héritiers Lacoste à céder leur entreprise au groupe helvétique Maus, en expliquant en particulier que certains d’entre eux n’ont pas pu lutter contre le montant considérable de l’offre faite par les suisses.
L’article se termine par un remarque concernant les dits héritiers : « La mort dans l’âme, ils deviendront riches ».
On en viendrait presque à verser une larme sur le sort misérable qui devait être le lot de ces pauvres gens avant la conclusion de l’affaire. Une formule comme « plus riches », sinon même « encore plus riches » aurait été plus exacte, et moins scandaleuse.


Plébiscite ?

jeudi 8 novembre 2012

Dans le numéro d’aujourd’hui, en bas de la page 20, le titre d’un article de Jean-Baptiste Chastand attire mon regard : « Syndicats et Medef plébiscitent le recours au crédit d’impôt ». Un peu interloqué, je lis l’article.
Après avoir expliqué (en leur donnant la parole) pour quelles raisons FO et la CFDT sont « satisfaites », l’auteur en vient à la CGT où, selon lui « on critique vivement “les 20 milliards de crédits d’impôts accordés aux entreprises, financés par les consommateurs, et qui vont s’ajouter aux dizaines de milliards d’exonérations de charges” » mais où « on convient que ce choix est “judicieux” ». Comprend qui peut : la CGT “critique vivement” un “choix judicieux”. Une phrase sibylline clôt le paragraphe consacré à la centrale de Montreuil : « Bernard Thibault était par ailleurs occupé à gérer sa succession. » Le mystère demeure.
En tout cas, ce qu’on va en retenir c’est qu’il y a, du côté des « partenaires sociaux », un plébiscite. On peut en douter…