Un bon croquis…

mardi 7 août 2012


Record de confusion aujourd’hui pour les infographies du Monde.
En page 7, un long article d’Hélène Bekmézian et Jonathan Parienté titré : « Le cumul des mandats perdure au parti socialiste ». Il est doté de deux graphiques.
Le premier, assez simple, veut illustrer le cumul des mandats chez les 297 députés socialistes. Mais au lieu de donner pour chacun le nombre de mandats, il donne le nombre des cumuls (présentés comme « Mandats en plus de celui de député »), ce qui est assez absurde. En fait, les 12 députés qui présentent 3 cumuls exercent en fait 4 mandats, et les 49 double cumulards sont en fait triples.
Le second est rigoureusement incompréhensible. Je crois avoir saisi qu’il tente de répartir les différents mandats locaux exercés par ailleurs pas les députés cumulards. Par exemple, muni d’une grosse loupe et de beaucoup de patience, on peut percevoir qu’aucun conseiller régional n’est triplement (en fait quadruplement) cumulard, sans qu’on sache exactement (sauf à estimer l’épaisseur d’un trait) combien le sont doublement ou simplement), et qu’en fait toutes les autres fonctions locales peuvent être exercées par des bi-, tri- et quadri-cumulards. L’intérêt majeur de ces informations n’échappera à personne, et la clarté de l’infographie (signée Le Monde) non plus, sauf à apprécier l’espèce d’irisation pastel qui égaie ainsi la page.

Publicités

Pas d’abscisse !

lundi 28 mai 2012


Encore une infographie ratée. En page 3 du cahier « Géopolitique » du numéro daté 27-28 mai, un « baromètre » titré : « Les Européens ne sont pas convaincus de la nécessité d’un gouvernement économique ». Et une infographie sensée illustrer la diversité des points de vue sur le sujet dans 22 des pays de l’Union.
Cette infographie se présente sous la forme d’un ovale grisé où sont répartis verticalement les pays en question face à une ordonnée allant de 10 à 50%, pourcentage de sondés estimant qu’un « gouvernement économique est utile pour l’avenir de l’Europe ». Ils apparaissent sous forme de points accompagnés de leur nom, entre la Pologne (moins de 20%) et les Pays-Bas (plus de 45%). Ils sont également répartis, horizontalement, mais sur un abscisse non définie et dénuée d’axe : cette répartition reste donc mystérieuse, pour ne pas dire sans objet…
Tous les points sont noirs, sauf quatre d’entre eux, qui sont blancs, et il faut une certaine attention pour s’apercevoir qu’ils correspondent aux quatre éléments pour lesquels des chiffres exacts sont donnés sous ce « graphique » : Pays-Bas (47%), France (45%). Ensemble de l’Union (33%) et Pologne (18%).
Les chiffres viennent d’Eurostat, mais cette infographie absurde est signée, sans aucune honte, du Monde.


Encore une carte obscure

mercredi 18 mai 2011


Encore une carte mal fichue, en effet. Sur une double page (10-11, rubrique “ L’oeil du monde « ) le quotidien présente un dossier sur l’homosexualité :  » Les droits avancent, la répression persiste « .
Ce dossier consiste essentiellement en une carte présentant le  » Statut légal de l’homosexualité dans le monde « . Trois couleurs : le vert : « reconnaissance » (avec un sous-titre fort restrictif : pays reconnaissant les unions du même sexe) ; le gris : « persécution », allant de la « législation peu claire » à la peine de mort ; je passe sur le bleu : « pas de législation spécifique ». Ce qui est étonnant c’est que pour les pays en vert, plus cette couleur est soutenue, plus la législation est libérale, alors que pour les pays en gris c’est l’inverse (plus le gris est foncé, plus la législation est répressive). Un daltonien croirait que le Soudan est aussi avancé que la Suède !
Coïncidence : l’excellente revue Carto présente, dans sa dernière livraison (n°5, p. 52-54), un article analysant l’utilisation des couleurs dans la cartographie, en insistant sur l’homogénéité nécessaire des nuances, à partir de deux variables, les valeurs et les teintes. L' »Infographie du Monde », signataire de ces pages sur l’homophobie dans le quotidien, serait bien avisée de lire cet article.
Mais ce dossier comporte d’autres bizarreries : les pays répressifs sont déterminés par les « peines encourues pour des actes homosexuels », les pays tolérants par, je l’ai dit, la reconnaissance des unions du même sexe, en excluant donc d’autres critères, comme par exemple l’homoparentalité.


Des cartes bien sommaires…

jeudi 3 mars 2011

L’infographie du Monde est toujours plus ou moins à côté de la plaque. Dernier exemple en date : depuis le 1er mars la très inutile et redondante page 2 (« 24 heures dans le monde ») du quotidien présente une carte sommaire du monde arabe, avec pour chaque pays, des symboles présentant l’état de la situation, jour après jour.
Le 1er mars, quatre symboles étaient offerts à la compréhension (?) des lecteurs, pour quatre catégories : Manifestations (un poing), Émeutes (une bombe stylisée, avec sa mèche allumée), Morts (une tête), Crises politiques (un éclair). L’éventuelle différence entre émeute et manifestation donne à réfléchir, surtout avec le symbole très tendancieux de la bombe (comme le signale le site Acrimed le même jour), et il n’y a aucun symbole pour ce qui pourrait s’appeler Répression. L’Égypte n’a droit ce jour-là à rien (pas de crise politique, donc ?).
Le lendemain 2 mars, changement : la bombe des émeutes a pudiquement disparu, remplacée par une sorte d’étoile à multiples branches, l’éclair de la crise politique est plus nettement proche de la foudre, et une cinquième catégorie apparaît : l’Appel à réforme, symbolisé par une rectangle couvert de lignes (une « charte » ?), et réservé à l’Arabie Saoudite. L’Égypte est toujours aussi tranquille, et il n’y a plus d’émeute dans le sultanat d’Oman.
Le 3 mars, toujours rien en Égypte, la Libye n’est plus le siège que d’une énorme émeute (plus de morts, donc ? On en doute…).
Une rapide visite du site du journal me montre que dans le numéro daté du lendemain 4 mars les morts sont revenus dans le pays, accompagnés de la même étoile, mais qui symbolise maintenant des « Combats ». Il ne se passe plus rien en Oman, et toujours rien en Égypte (ce qui est bizarre, car le premier ministre a fini par démissionner). Quant à l’appel à réformes, il a disparu de la légende. Qu’est-ce à dire ?

Tout cela paraît plutôt ridicule…Du coup, puisque le journal persiste, moi aussi : le site, pour le 5 mars, montre une carte d’où a disparu le symbole des manifestations, où l’étoile désigne à nouveau des « émeutes », et où la crise politique gagne enfin l’Égypte, et se poursuit au Yémen et à Bahreïn, mais a disparu d’Oman et de Tunisie…

Pour le lendemain, daté des 6-7 mars, le site du journal montre que la crise politique a disparu d’Égypte, alors que l’étoile symbolisant des « émeutes » (et non plus des « combats ») en Libye a rétréci, qu’au Yémen manifestations et morts se sont ajoutés à la crise politique, et qu’il y a des manifestations en Arabie Saoudite.
Je vais sans doute arrêter là, tant je trouve absurdes ces simplifications infographiques.

Je reprends, ponctuellement, pour le numéro du 10 mars où l’on voit apparaître une nouvelle catégorie, celle de la « Pétition », à propos des Emirats Arabes Unis (aucun information n’est donnée à ce sujet dans le texte accompagnant la carte), symbolisée par le rectangle couvert de lignes que l’on avait vu, le 2 mars, symboliser « L’appel à réforme ».
De moins en moins sérieux…


Couleurs sociales

mardi 14 décembre 2010

La mal nommée rubrique « Contre-enquête » de ce jour est titrée en « Une » : « Le logement social gagne du terrain ».
Une carte l’accompagne, montrant les villes comptant en 2009 moins de 7% ou plus de 50% de logements sociaux. On peut imaginer que les communes « sociales » sont à valoriser puisque à l’inverse, les non sociales sont assujetties à des pénalités financières. Or, curieusement, les premières sont figurées par des ronds rouges, couleur du sang et de l’interdiction, alors que les secondes le sont par des ronds bleus, couleur du ciel et de la tranquillité. La page 13 présente des cartes analogues, cette fois-ci sans couleur, mais présentant les municipalités indisciplinées en douces teintes de gris plus ou moins clair tandis que celles qui se sont conformées à la loi le sont dans des teintes rébarbatives de gris foncé ou de noir.
On est d’autant plus enclin à penser que Le Monde laisse ainsi apparaître ses préférences que, dans un billet de la même page signé I.R.-L. (Isabelle Rey-Lefebvre) et consacré à la municipalité de St-Maur, on apprend que cette commune « a toujours défendu son cadre de vie ». Effectivement, « le parc social ne représente ici, qu’à peine 5.4% des résidences principales ». Sacré cadre de vie !
Décidément, le fond de la pensée des journalistes du Monde ne se cache pas beaucoup ces jours ici.


Le rouge est au vert !

jeudi 1 avril 2010

Décidément, la façon dont Le Monde gère ses graphiques vire au risible
En page 15 de ce jour, un long article, signé Guy Dutheil, et titré : « Les chaînes de la TNT malmènent les ‘historiques’ ».
Un graphique essaie de rendre compte de la situation, mais il a du mal à y arriver. D’abord, il présente des pourcentages d’évolution, sur un an, pour chacune des chaînes de la TNT en les coloriant suivant que leur audience augmente ou diminue. Bizarrement alors que le rouge porte le plus souvent une connotation négative (« des comptes dans le rouge ») et le vert une connotation positive (« les clignotants sont au vert »), le Monde a choisi l’option inverse : rouge, ça va mieux, vert, ça baisse ! Il y a même une option « sans changement » d’un orange tellement proche du rouge que j’ai eu du mal à en repérer les deux seuls exemplaires, alors que cette page « Économie & Médias » est traditionnellement surmontée de logos sur fond bleu. Bref, chaque chaîne est dotée du pourcentage d’accroissement de son audience depuis un an.
Par ailleurs, chacun des groupes propriétaires de ces chaînes est représenté par un cercle proportionnel à sa part de marché total, en mars 2010. Mais ces deux séries de chiffres ne sont pas correlées. Ainsi on ne sait si France-Télévisions (35,2%) du total a augmenté ou pas sa part totale, ses différentes composantes ayant évolué de manière contrastée (France 2, -16,7%, France3, +12,7%. L’article nous dit bizarrement que « France Télévisions a fait les frais de la montée en puissance de la TNT », puisque la part de France2 est descendue à 15,8%, mais sans nous dire si l’augmentation des autres chaînes a compensé, ou non, cette perte.
Sur le fond d’ailleurs, on ne s’étonnera pas d’un résultat aussi prévisible : une offre gratuite élargie conduit inévitablement à la baisse de la consommation de chacun des éléments d’origine !
Bref, encore une fois, la bouteille à l’encre, malgré ce « nouveau Monde »…

Nouveau Monde dans lequel les nécrologies continuent à ne fonctionner que par page entière, célébrant cette fois-ci abondamment quatre illustres inconnus.


Médailles

mardi 2 mars 2010

Décidément, Le Monde est fâché avec les graphiques.
On trouve dans le numéro daté du 2 mars, en page 24, un tableau-bilan, par nation engagée, des médailles aux Jeux olympiques de Vancouver.
D’abord, ce tableau ne liste que chacun des trois types de médailles, sans donner le total, ce qui, pour ceux que ce genre de statistiques intéresse, est  assez insuffisant.
Mais surtout, et là ça devient drôle, le journal s’est senti obligé d’imprimer chaque colonne (Or, Argent, bronze) sur un fond de couleur spécifique. L’ennui, c’est que les chiffres concernant l’or sont sur un fond rouge clair, ceux concernant l’argent sur du rose foncé, et le bronze sur un fond… jaune tournant au doré !
Comprend qui peut !